jeudi 26 janvier 2017

Un stage entre ouverture et renforcement




Nous avons eu le plaisir de recevoir Senseï Christian Barnavol, 7e Dan Kyoshi et chef-instructeur de la Ligue Provence Alpes Côte d'Azur, le week-end dernier.
Dans le cadre d'un stage régional, organisé par l'Aïki-Club de Metz, sous l'égide de la Ligue de Lorraine et Associés Takeda-ryu Maroto-ha (LLATM), l'expert est venu une nouvelle fois partager son savoir et son savoir-faire en Iaïdo, l'art du sabre par excellence.

Un rendez-vous que bon nombre de pratiquants n'ont pas voulu manquer. Ils sont venus de Metz, de Uckange, de Longuyon et même de Belgique pour (re)découvrir le Iaïdo sous un nouveau jour. Plus de quarante élèves sur deux jours ont ainsi travaillé sous les yeux de l'expert, y compris des Senseïs qui ont eu assez d'humilité pour se remettre en question et se perfectionner auprès d'un des piliers historiques de notre école.

Dans la bonne humeur, et pourtant avec le plus grand respect des arts martiaux traditionnels japonais, Senseï Barnavol a souhaité nous faire découvrir sa façon de travailler, rigoureuse, nous poussant dans nos retranchements, d'un point de vue physique comme mental. Tout en cherchant à nous libérer de nos défauts, par l'étude notamment de techniques avancées, poussées à l'extrême dans leur exécution.

Un stage sous le signe de l'ouverture mais aussi du renforcement puisqu'il a tenu à aider chacun à surmonter les difficultés qu'il peut connaître dans son niveau d'études.

Pour finir, Senseï Barnavol nous a encouragés à persévérer dans notre étude des arts martiaux traditionnels japonais et nous a invités à respecter la maxime « Renma ! Renma ! Renma ! ».

Tanguy Endenmann

Crédit photo : Patrick Kopp




jeudi 22 décembre 2016

A lire !

Le nouveau numéro de Aïkigoshindo Kaïshi, la revue culturelle franco-japonaise d'arts martiaux Takeda-Ryu, sera bientôt disponible au sein des clubs.

Au sommaire de cette 72e édition (chère au coeur de Me Maroteaux - les lecteurs découvriront pourquoi dans l'édito), avant tout, des articles marquants signés par des experts et des responsables de notre école, voire des Maîtres que Roland Maroteaux apprécie tout particulièrement :

- Le Dojo, lieu d'étude et de recherche, par Feu Me Masamichi Noro, 8e Dan,
- L'étiquette sur le tatami, signé Abderrahim Mazouzi, 8e Dan Hanshi,
- Renma, Renma, Renma !, de Christian Barnavol, 7e Dan Kyoshi,
- La "Diplômite", une maladie incurable !, écrit par Serge Robert, 4e Dan,
- Préparer l'enfant pour la Voie..., de Emil Popa, 4e Dan.

Et toujours les riches compte-rendus illustrés des stages qui se sont tenus en France et dans le monde entier, les distinctions, les planches techniques qui doivent servir d'aide-mémoire (mais ne remplacent par l'enseignement d'un instructeur dûment reconnu par la Takeda-Ryu Maroto-Ha et l'UNADA)...

La richesse de ce numéro tient aussi au retour fait sur le passage dans nos clubs de Soke Masashi Yokoyama, 10e Dan, dont nous nous étions faits l'écho en octobre dernier.

Les lecteurs pourront enfin apprécier le récit du séjour effectué au Japon en juin 2016, par notre Chef-instructeur National, Senseï Serge Charlopeau, avec plusieurs membres de notre école.

A découvrir donc en détails.

Tanguy Endenmann

jeudi 1 décembre 2016

Les arts martiaux du XXIe siècle

Les arts martiaux du XXIe siècle et l’émergence de la tradition : c'est le sujet de l'article signé par Maître Roland Maroteaux, 9e Dan Hanshi, l'expert à la tête de notre école.
Paru dans la revue « DRAGON Magazine » n°27, l'auteur expose en 4 pages richement illustrées, sa vision de l'évolution des arts martiaux depuis un demi-siècle.

Son propos, qui s'adresse avant tout aux responsables de la pédagogie au sein des écoles, fait la part des choses, et cherche surtout à remettre "l'église au milieu du village".

Il redéfinit ainsi quatre principales catégories d'arts martiaux : les sportifs, les artistiques, les traditionnels et les guerriers.

Maître Maroteaux rappelle également qu'il est du devoir de tout responsable pédagogique de partager ses connaissances. Il doit dans ces conditions, se remettre sans cesse en question, en continuant à étudier sous la direction d'un Maître, afin de transmettre la tradition et non pas des techniques inventées.

Tanguy Endenmann
Google+